Vapotage : quelles différences entre CBG et CBD ?

CBG

L’e-liquide de Cannabidiol connaît un franc succès auprès des vapoteurs. C’est en effet un moyen efficace pour combattre les troubles du sommeil, le stress et l’anxiété. De plus, il a été prouvé que cet actif est un antalgique et anti-inflammatoire. Cependant, un autre composant du cannabis est en train de le concurrencer. Il s’agit du cannabigérol. Cela amène à poser la question suivante : lequel des deux est meilleur pour le vapotage ?

Qu’est-ce que le cannabigérol ?

Le CBG est un terme désignant le cannabigérol, un actif présent dans le cannabis. Il fait partie des 120 composants qu’on trouve dans les variétés de cette plante dioïque de la famille des Cannabacae. On attribue la découverte de cet actif à Raphaël Mechoulam et Yechiel Gaoni. Les deux sont des pionniers impliqués dans la recherche sur le cannabis.

Le cannabigérol ne possède aucun effet psychotrope de modification de la conscience. C’est ce qui le différencie du tétrahydrocannabiol ou THC. Il est particulièrement présent dans les chanvres non psychoactifs et psychoactifs. Son taux généralement faible le rend difficile à extraire dans les différentes variétés de plantes de cannabis.

Pour la synthétisation de cet actif, tout commence avec le phénomène de photosynthèse du genre botanique de cannabis. Quand celui-ci se produit, les plantes vont convertir en sucres simples l’énergie lumineuse et s’en servent comme source d’énergie. La plante réalise des processus biologique grâce à ces unités d’énergie. À partir de là commence un long processus alternant plusieurs réactions chimiques. Ces étapes terminées, la plante produit deux actifs, dont l’acide olivétolique et le pyrophosphate de géranyle. Une réaction entre ces deux molécules produit le cannabigérol.

Quid du Cannabidiol ?

Cette substance active fait partie des 500 cannabinoïdes présents dans le plant de chanvre. Il est disponible en quantités moindres comparé au THC. Les chercheurs attribuent à ce faible taux aux choix de production durant ces 10 dernières années.

À cause de ses effets planants, le THC demeure le plus recherché, de quoi expliqué pourquoi les graines de cannabis vendues illégalement contiennent davantage de tétrahydrocannabiol que de Cannabidiol. Surtout, ce dernier ne fait pas planer. Au contraire, il a tendance à contrer les propriétés psychoactives du THC. Cela peut expliquer en partie le grand intérêt de la communauté des scientifiques pour le Cannabidiol. Même les organisations étatiques commencent à s’intéresser à cette molécule vertueuse. Des articles à ce sujet sont à découvrir sur planposey.fr si vous êtes intéressé.

Ce cannabinoïde fait l’objet de nombreuses recherches médicales depuis plusieurs années. Les expériences se poursuivent d’ailleurs et les résultats obtenus jusqu’ici sont prometteurs. Des études laissent entendre que le Cannabidiol pourrait participer à des traitements révolutionnaires.

Quelles différences entre cannabigérol et cannabidiol ?

L’une des différences réside dans la synthétisation de ces deux molécules. Bien que le cannabigérol et le cannabidiol soient issus du plant de chanvre, ils sont produits à des stades différents. Comme le premier est produit en premier dans ce genre botanique, il est considéré comme la molécule mère. C’est pourquoi les scientifiques le qualifient de précurseur des autres cannabinoïdes.

La concentration de ces deux substances actives dans le chanvre varie aussi. Dans une plante arrivée à maturité, on trouve plus de cannabidiol que de cannabigérol. Il convient de rappeler que ces molécules ne possèdent d’effets psychotropes. Elles ne sont pas non plus toxiques.

L’autre différence réside dans l’interaction de ces principaux actifs avec l’organisme. Le cannabigérol est capable d’agir directement avec les récepteurs CB1 et CB2. Le premier récepteur est principalement exprimé dans le système nerveux central. Le second est exprimé à la périphérie dans le système nerveux immunitaire.

Le CBD en revanche possède une faible interaction avec ces deux récepteurs. Il interagit néanmoins avec le système endocannabinoïde. Cette molécule est proposée à la vente sous différentes formes. À côté des huiles et des gélules, on trouve du cannabidiol sous forme d’e-liquide. Prenant cette forme, sa consommation se fait ainsi par le biais d’une cigarette électronique.

Les novices sont d’ailleurs invités à bien se renseigner avant de commencer à vapoter du CBD. Pour bénéficier d’une meilleure expérience de vape, il faut effectivement faire attention à la qualité de l’e-liquide.

De plus, toutes les cigarettes électroniques ne conviennent pas à la vaporisation du cannabidiol. Ceux qui souhaitent s’essayer à cet e-liquide doivent donc utiliser une vape adaptée à cette substance active. Cette précaution s’avère aussi des plus utiles pour garantir la longévité de l’appareil.

Enfin, pour finir avec la différence entre cannabigérol et cannabidiol, on peut puiser dans l’intérêt des scientifiques pour ces molécules. Le premier reste encore méconnu, alors que le cannabidiol a fait l’objet de nombreuses études depuis des années. Cela ne signifie pourtant pas que le cannabigérol ne possède aucun intérêt. Les recherches réalisées en 2015 ont mis en évidence l’intérêt de cet actif pour résoudre les problèmes de vessie urinaire. Cette molécule aurait aussi des effets positifs sur la maladie inflammatoire de l’intestin. Affaire à suivre.


Les saveurs ajoutées aux cigarettes électroniques peuvent entraîner des lésions cardiaques durables
Le vapotage lié au risque de COVID-19 chez les adolescents et les jeunes adultes