La dépendance: causes, symptômes et traitements

Les dépendances ont un effet destructeur sur le corps et l’âme. Vous trouverez ici des informations sur les formulaires les plus importants : Dépendance à la nicotine, à l’alcool, à la drogue, au shopping, à la drogue ou au jeu. Vous pouvez également vous renseigner sur les personnes particulièrement à risque, sur la manière de reconnaître une dépendance et de s’en débarrasser.

Qu’est-ce que la dépendance ?

La dépendance est la dépendance psychologique ou physique à une substance ou à un comportement. Elle survient parce que la substance ou le comportement addictif agit sur le centre de récompense dans le cerveau et y déclenche des sentiments positifs.La dépendance n’est donc pas une faiblesse de caractère, mais plutôt, selon la définition de la dépendance, une maladie basée sur une mauvaise régulation dans le cerveau. Les causes d’une maladie de dépendance sont multiples. En plus de la prédisposition génétique, il existe des facteurs psychologiques et sociaux qui font qu’une personne glisse dans la dépendance.

Quelles sont les causes de la dépendance ? Il existe des facteurs génétiques ainsi que des facteurs psychologiques et sociaux qui provoquent la dépendance. Divers gènes de risque qui influencent les effets des drogues sur l’organisme augmentent considérablement le risque de dépendance, tout comme le stress psychologique, le manque de confiance en soi, les traumatismes émotionnels et les maladies psychologiques telles que l’anxiété. Naturellement, un environnement dans lequel les drogues sont facilement disponibles et souvent consommées augmente également le risque de dépendance.

Comment se développe la dépendance ? Les frontières entre consommation (ou comportement) dangereuse et dépendance sont fluides. Les drogues fortes peuvent en effet rendre les gens dépendants très rapidement. Cependant, la dépendance se développe généralement de manière insidieuse – de l’utilisation dangereuse à l’abus en passant par la toxicomanie. Il est donc souvent difficile de dire à quel moment on devient dépendant. Mémoire de la dépendanceAu cours du développement de la dépendance, certaines structures du cerveau changent de façon permanente. Une mémoire dite de dépendance se développe dans le centre de récompense. Elle a pour effet qu’une personne peut rechuter rapidement même après une longue période d’abstinence. En outre, le corps et le psychisme s’habituent au coup de pied – le toxicomane a besoin d’une dose toujours plus élevée pour obtenir le même effet de récompense. Pression de la dépendance et perte de contrôleSi la substance addictive n’est pas disponible dans une dépendance ou si le comportement addictif n’est pas exécuté, une forte envie se fait sentir (craving, craving). Cela s’accompagne d’une perte de contrôle : le toxicomane ne peut contrôler qu’avec difficulté ou pas du tout s’il consomme la substance qui crée la dépendance, quand et en quelle quantité – ou s’il adopte un comportement de dépendance. Les conséquences sont souvent des problèmes sanitaires, financiers, professionnels et sociaux considérables.

Comment reconnaître une dépendance ?

La centrale allemande pour les questions de dépendance (DHS) nomme un total de six signes qui peuvent indiquer une dépendance. Elles s’appliquent indépendamment du fait que la substance qui crée une dépendance soit une substance ou un comportement spécifique, et chacun des signes d’alerte énumérés ci-dessous est un signal d’alarme clair. Si trois des symptômes de dépendance s’appliquent, il s’agit généralement d’un trouble de dépendance : le désir ou la compulsion de consommer une substance ou de faire quelque chose de manière répétée. Ce désir peut être fort même en l’absence de dépendance physique.les toxicomanes peuvent difficilement contrôler quand, combien de temps et en quelle quantité ils consomment une substance addictive.une personne dépendante ne peut souvent pas se passer de “sa drogue” même si la dépendance a déjà de graves conséquences sanitaires ou sociales.le corps et l’esprit s’habituent à la drogue. Les personnes qui glissent dans une dépendance ont besoin de quantités toujours plus importantes de leur drogue pour obtenir l’effet désiré. Dans le cas d’une dépendance à une substance, des symptômes de sevrage tels que transpiration, gel et tremblements ainsi que de fortes douleurs aux membres, des troubles du sommeil, des hallucinations, des convulsions et un effondrement circulatoire peuvent se produire. Les dépendances comportementales peuvent provoquer, entre autres, de la nervosité et de l’agressivité. retrait de la vie sociale Toute personne prise au piège d’une dépendance perd tout intérêt pour d’autres activités. Les passe-temps, les contacts sociaux et même le travail sont négligés au profit du comportement de dépendance. Les caractéristiques typiques d’une dépendance sont également le sentiment de culpabilité après la consommation et la dissimulation du comportement de dépendance jusqu’au déni.

Comment traitez-vous la dépendance ?

Sortir de la dépendance est difficile. Les conditions de réussite sont que la personne concernée (reconnaisse) qu’elle est dépendante et qu’elle soit motivée pour se libérer de sa dépendance. Les deux constituent généralement un grand pas, car la dépendance occupe une grande partie de la vie d’une personne. La perspective de devoir renoncer définitivement à la “drogue” (comportement ou substance) semble presque inimaginable au début. Le but du traitement est généralement l’abstinence. Si cet obstacle est (encore) trop élevé, ou s’il s’agit d’une dépendance comportementale qui rend l’abstinence impossible ou non recommandable (dépendance au sexe, au shopping, à Internet), on peut également viser une consommation contrôlée. Désintoxication : la privation peut être dangereuse pour le patient dans le cas de dépendances liées à des substances telles que l’alcool – voire mortelle ! – peut être dangereux. C’est pourquoi elle se déroule généralement sous contrôle médical. Dans les cas moins graves, cela est également possible en ambulatoire. Sevrage : après la désintoxication, le vrai travail commence. Il est important de maîtriser la dépendance mentale et de développer des perspectives de vie sans dépendance. Dans les cas légers, cela peut se faire en ambulatoire, dans les cas plus graves, un séjour hospitalier est nécessaire. Dans le cas de dépendances reconnues, les coûts sont pris en charge – pour la désintoxication par la compagnie d’assurance, pour plusieurs mois de traitement de sevrage complet après approbation de la demande par la compagnie d’assurance pension. Le moyen de choix pour lutter contre une dépendance est la thérapie comportementale. Lors de séances thérapeutiques individuelles et souvent de séances de groupe supplémentaires, le patient découvre la fonction que la consommation ou le comportement de dépendance a pour lui, comment ces besoins peuvent être satisfaits d’une autre manière, quelles sont les causes profondes de la dépendance, comment il peut prévenir les rechutes, etc. Si la dépendance a déjà eu un impact négatif sur le travail et la vie sociale, de nouvelles perspectives sont développées pour les reconstruire. Phase de stabilisation : la thérapie est idéalement suivie d’une phase de stabilisation, soit avec des contacts thérapeutiques supplémentaires et/ou dans un groupe d’entraide.

Prévention des addictions

Les addictions se faufilent généralement dans la vie sans être remarquées. Il n’est pas facile de prévenir et de reconnaître à temps les signes d’alerte. Néanmoins, il y a des choses que vous pouvez faire. Les personnes dont les familles ont déjà ou ont eu des problèmes d’addiction doivent être particulièrement vigilantes. Les dépendances découlent généralement d’un besoin psychologique – de réduction du stress et de relaxation, de stimulation ou de bien-être. Découvrez sans cesse ce dont vous avez besoin pour vous sentir bien – et comment y parvenir sans substances addictives (exercices de relaxation, sports, expériences de la nature). Le mot clé est ici : “Ne vous approchez pas des substances qui créent facilement une dépendance. Cela inclut non seulement les drogues illégales comme le crack, mais aussi les drogues légales comme la nicotine ! Limitez-vous à une consommation occasionnelle et surtout consciente. Chercher une bouteille de bière ou un verre de vin ne doit pas devenir une routine à laquelle vous ne pensez même plus. Si des amis, des collègues ou des membres de votre famille vous interrogent sur votre comportement de consommation, prenez cela au sérieux ! Si votre consommation de substances (légales ou illégales) ou certains comportements (manger, faire des courses ou jouer à l’ordinateur) deviennent incontrôlables à tout moment, demandez l’aide d’un centre de conseil à un stade précoce.