La cigarette électronique remboursée par votre mutuelle !

Les mutuelles remboursent votre achat de cigarette électronique

Depuis janvier dernier, de nombreuses mutuelles françaises, aux rangs desquelles Maaf, Matmut, Axa et une dizaine d’autres, remboursent l’achat de votre cigarette électronique au titre de leur valeur comme substitut nicotinique. Alors que tous les professionnels de santé commencent progressivement à encourager le passage à la cigarette électronique, que les privés de la santé s’y mettent, et qu’en parallèle, on trouve un ministère de la santé et une commission européenne qui se posent en opposition à ce déploiement, nous sommes en droit de nous poser la question des vrais enjeux qui se trament dans les couloirs de nos institutions.

Pourquoi un tel remboursement ?

La cigarette électronique a d’ores et déjà été identifiée comme étant le meilleur moyen d’arrêter de fumer inventé à ce jour. Et les mutualistes ne s’y sont pas trompés : ils proposent depuis janvier pour la plupart un remboursement de vos achats en cigarettes électroniques à hauteur de 50€ par an. Comme vous vous en doutez, il ne s’agit en aucun cas d’angélisme social ou démocratique et les mutualistes ne sont évidemment pas liés à la promotion de la e-cig. Leur calcul est tout simplement rationnel : comme nous le rappelions dans notre article sur le geste citoyen qu’est l’achat de la cigarette électronique, la tueuse (comprendre cigarette traditionnelle) est la cause, outre de la mort prématurée de 300 000 européens par an, d’un déficit colossal pour tous les acteurs de la santé, publics et privés.

En remboursant la cigarette électronique, les mutualistes économisent potentiellement des dizaines de milliers d’euros que coûtent les très nombreuses maladies liées à la cigarette. Le calcul est rationnel, et c’est en ce sens, un appui indirect à tous les acteurs, comme l’AIDUCE qui luttent pour la défense des droits des vapoteurs. Puisque la cigarette électronique bénéficie du soutien des professionnels de la santé, qui opposent en toutes circonstances un avis basé sur ce qu’il y a de mieux pour leurs patients : pourquoi donc la ligne politique actuelle du ministère de la santé et de la commission européenne va vers la limitation drastique ?

Un changement qui va fâcher ceux qui règlent leurs problèmes à coups de gros sous

Les premiers à pouvoir s’émouvoir de ce nouveau phénomène sont probablement l’industrie pharmaceutique, celle du tabac, et bien sûr notre zélée Ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Là où cette décision fait probablement le plus mal, c’est pour la surpuissante industrie pharmaceutique. Et l’on peut d’ores et déjà s’émouvoir du manque à gagner pour les dirigeants de ce lobby, qui ne pourront offrir qu’une seule et ridicule Rolls à leurs femmes au Noël prochain. Cette nouvelle va en effet sérieusement attaquer leurs ventes colossales de produits de substitution nicotinique, qui ont l’efficacité que l’on connaît (tous les fumeurs qui se sont déjà collé un patch sur le bras pourront témoigner de l’efficacité du procédé). Un coup dur donc, pour une industrie fréquemment attaquée pour les traitements qu’elle inflige sur des animaux tests, sur des populations africaines, ou bien son rejet de projets innovants parce que « pas assez rentables ».

Une industrie pratiquant une optimisation fiscale outrancière, avec la Suisse comme Eldorado, et se gavant jovialement sur le dos de la sécurité sociale, en encourageant notamment les français à pratiquer l’auto-médicamentation. Cette situation, nos industriels ont à cœur de la maintenir en pratiquant un lobby massif sur nos chers gouvernants, qui ne pensent pas judicieux d’interdire la vente de médicaments en boîtes complètes, qui dépasse forcément les prescriptions. Non, nos gouvernements de tous bords ont plutôt à cœur d’acheter des lots plus qu’excessifs de vaccins contre H1N1, ou de mener une croisade grotesque contre la cigarette électronique, s’appuyant sur des études à la méthodologie irrecevable, et financées, bien sûr, par l’industrie pharmaceutique. Pour vous en convaincre, lisez cetarticle sur le rapport de l’OFT : bonne barre de rire garantie.

La cigarette électronique a de formidable qu’elle fait l’effet d’une bombe sur un segment d’un secteur éminemment politique : la santé. Ce nouveau produit vient perturber un triptyque qui a verrouillé pendant 70 ans le secteur du tabac. Ce triptyque, c’est celui de l’industrie du tabac, pharmaceutique, ainsi que le gouvernement français. Ces trois acteurs ont su créer un système extrêmement efficace pour produire des effets commerciaux dantesques. Les fabricants de cigarettes ont intérêt à faire grossir leurs ventes, l’Etat a un intérêt à ce que ces ventes se développent puisqu’il les taxe à 81%, et en bout de chaîne, l’industrie pharmaceutique récupère les consommateurs en fin de vie en leur proposant soit des produits de substitution, soit des traitements pour les dizaines de maladies que cause la cigarette. Afin que ce cercle vertueux soit préservé, les deux acteurs privés du triptyque ont tout intérêt à exercer un lobby massif sur le troisième acteur, qui demeure, somme toute, pieds et poings liés par la rente qu’il touche dans l’opération. Soutenir la cigarette électronique, c’est l’occasion de faire trembler un système qui cause la mort de 300 000 européens par an, au nom du Saint Pognon.

Quand le privé précède le public

Le fait que la cigarette électronique soit remboursée par les mutuelles est cependant un très bon signal pour ce marché. Il est en effet très courant que le secteur privé précède le secteur public en matière d’avancées sociales. Le rôle du politique est de constater les phénomènes sociaux et de les réglementer pour qu’ils produisent un maximum d’effet vertueux. Aussi les vapoteurs peuvent-ils garder l’espoir, une fois passé le mandat de cette ministre qui souhaite inscrire son nom au panthéon des tartuffes, verra-t-on peut-être arriver à ce poste clé un individu plus enclin à voir la réalité en face : la cigarette électronique est bénéfique pour l’emploi, la santé, l’environnement et le portefeuille des français.

Une raison de plus de s’y mettre

Si nous vous montrions déjà dans notre article sur les coûts de la cigarette électronique, l’avantage financier qu’elle représente, nous ne pouvons que vous conseiller de vous y mettre enfin puisque le coût dérisoire qu’elle représente vient d’être encore une fois réduit, vous auriez tort de passer à côté. Pour vous accompagner, le Dandy d’Artdefumer.fr se tient à votre disposition avec son armée de guides d’achat, d’utilisation, d’entretien et ses prix incomparables.